L’(en)jeu des mots

Giada Martufi

Directrice déléguée communication et image de marque

Paroles d’expert

100 000 c’est environ le nombre de mots du dictionnaire français. Et si les mots se comptent, ils se content aussi. Car c’est par l’écriture que l’humanité est passée de la Préhistoire à l’Histoire. D’abord pour compter avec les prémices du commerce. Mais aussi pour conter des histoires. Les mots qui les composent ont des significations précises, des racines liées à une culture, une histoire. Ils ont aussi un sens dans un contexte, ils expliquent, répertorient, ordonnancent la pensée. Les mots ont une musique, une poésie, ils vibrent et résonnent. Ils sont à la fois raison et émotion. Vivants, ils se transmettent et évoluent. Les mots sont la base du langage, formidables vecteurs de relation.   

  

Aujourd’hui, à l’heure du « snacking content » et de l’infobésité, les mots n’ont jamais été autant consommés. Les paroles ne s’envolent plus, les messages sont marqués et gagnent à être signés autant que soignés. Pour les marques et les entreprises, l’art et la manière de se mettre en récit, le ton et le style importent tout autant que les points de contacts et les outils créés pour personnaliser la relation. Les mots de l’expérience client, en étant incarnés et authentiques sont gage d’attractivité.  

  

Ainsi, pour embarquer, une marque devra baser son discours sur une trame narrative fondée sur sa propre histoire, sa culture, ses valeurs. Mais le storytelling ne suffit pas. Pour gagner en puissance et en justesse, son identité doit irriguer la conversation avec le client, quel que soit le point de contact. Puisque la première porte d’entrée vers le cerveau est l’oreille, l’oralité aussi est clé. La voix, l’intonation, l’inflexion, la façon d’articuler, participent au sens mais aussi à la mémorisation par la musique qui en découle. Elles viennent nourrir la relation avec le client, le plonger au cœur de la marque et personnifier l’expérience.   

  

En matière de relation client, la qualité du langage, les mots pour le dire, le ton de la voix, la posture, l’expression qu’elle soit écrite ou orale doivent être cultivés pour que la marque soit écoutée, comprise et préféréeQu’ils soient grands, petits, fleuris ou savants, les mots constituent une partie déterminante de l’expérience relationnelle ; ils doivent refléter l’essence de la marque, sa personnalité, et résonner dans le cœur du client.  

  

Chez BlueLink, nous sommes convaincus que l’(en)jeu en vaut la chandelle, et vous ?   

partager