Toutes les voix mènent à l’Homme

Frank Legré

Directeur général de BlueLink

Paroles d’expert

Interface entre le corps et la pensée, la voix est le propre de l’Homme. Elle est liée à un bouleversement majeur de l’évolution : l’apparition de la bipédie. L’Homme se redresse, il sera le seul mammifère bipède. Avec cette toute nouvelle disposition se produit une transformation capitale : l’angle entre la colonne cervicale et l’os occipital, de 45° chez le singe, va atteindre 90° chez l’Homme. Le larynx va ainsi pouvoir descendre dans le cou et prendre sa place définitive. Le développement de caisses de résonance au niveau de la tête et du cou devient possible : la voix, formidable outil de relation, est née et c’est une spécificité humaine. 

 

Pendant le confinement, si le silence s’est installé dans nos rues et nos campagnes, le besoin de parler s’est fait sentir comme jamais. Les outils conversationnels numériques ont explosé, les familles s’appelaient ou utilisaient la visioconférence, les amis se donnaient rendez-vous à l’heure de l’apéro, les gens se parlaient depuis leur balcon à l’heure des applaudissements… Les contenus audios n’ont jamais été autant téléchargés et la radio, média intime et de proximité, était très écoutée pendant cette période 

 

La voix rassure, elle ne triche pas dans la surenchère d’images parfois anxiogènes.   

 

Justement, au royaume de l’image où le filtre et le hashtag sont de rigueur, on remarque un engouement croissant pour la voix : enceintes connectées, solutions speech to text, livres audio, podcasts, boom des messages vocaux notamment chez la génération Z… S’affranchir de l’image, – aussi vertigineux que cela pouvait paraître il y a quelque temps-, c’est accéder à une libération à plusieurs niveaux. Libération du pouvoir d’imagination. Ne pas se reposer sur la vue exige de faire travailler davantage notre esprit afin qu’il mentalise et se construise ses propres images. Cette libération en entraîne une autre en stimulant notre créativité à travers le langage car pour former soi-même des images, il faut redoubler d’inventivité dans les mots que l’on choisit. Libération des mains aussi : je peux écouter un book audio, un podcast ou laisser un message vocal en marchant dans la rue ou en vaquant à mes occupations… 

 

Qu’on le veuille ou non, une voix nous saisit toujours. On peut écouter de la musique pour rester concentré à son travail ou sa lecture tant qu’il n’y a pas de paroles, sinon, cela produit l’effet inverse. La voix détient un véritable pouvoir d’attraction, elle captive. « Une image vaut mille mots »… mais les images figent quand les mots ouvrent un champ des possibles à explorer. 

 

La voix qui fait vivre l’expérience client gagne toujours à être signée. C’est tout l’art de nos conseillers clientèle : la manière de se mettre en relation, d’être en conversation, importe tout autant que les points de contacts et les outils créés pour personnaliser la relation. Le digital ne fait pas tout ! Le ton de la voix de la marque, son style, les mots pour le dire, lorsqu’ils sont choisis avec justesse, gagnent en puissance. Ils laissent une empreinte émotionnelle, un souvenir. Parce que chaque marque est unique, elle mérite une expérience relationnelle qui lui est propre correspondant aussi bien à son patrimoine culturel et à son ADN qu’aux singularités de chacun de ses clients.  

La voix, le plus souvent au cœur du message conversationnel, culturel ou commercial devient un enjeu de taille pour les marques. A chacune la sienne pour créer du lien et marquer durablement.  

 

Remarquables outils de relation, toutes les voix mènent à l’Homme ! 

partager